REUNIONPLUS

l’aide au développement

jeudi 20 mars 2008 par expedit elfordy

« “Il existerait un malentendu fondamental entre ceux qui donnent par le biais de l’aide au développement et ceux qui reçoivent. Les premiers donnant une grande priorité aux “choses” (techniques, savoir-faire et argent) alors que les derniers donnent plus d’importance à la relation (créée par l’obligation de donner, rendre et recevoir.)” »

Le don, étant associé à des coutumes culturelles différentes, risque de causer des effets non-économiques imprévisibles et négatifs, donc la difficulté de parler d’aide.

Pour de nombreuses sociétés traditionnelles, le fait de donner, ne représente pas un pouvoir par la valeur de ce qui est donné ; mais par le fait que le donateur est capable de se séparer de l’objet, qu’il ne donne pas d’importance à l’accumulation matérielle. Plus le temps s’écoule entre le don et le contre-don, plus cela a du sens dans la mesure où le donateur montre sa générosité et son manque d’intérêt pour le matériel.

Une démarche positive et bénéfique pour l’humanité consiste à faire la promotion de l’identité culturelle de chaque région ou ethnie et, d’engager des rencontres culturelles en tant que stratégie de construction de la paix.

- commencer là où sont les gens ,
- créer des relations, introduire de nouvelles idées en montrant comment elles peuvent répondre à des besoins,
- donner priorité à des projets simples ,
- faire participer dès le départ, un maximum de personnes de la communauté dans toutes les activités,
- former les gens à proximité de leur lieu communautaire,
- former les gens en utilisant des méthodes locales,
- former des animateurs qui peuvent former d’autres,
- faire appel à des responsables locaux,
- coopérer avec le gouvernement et enfin
- encourager des relations interdépendantes (au lieu de dépendante ou indépendante).

« La culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeur, les traditions et les croyances » « Pourquoi vous, les Vasas (les riches), vous n’essayez pas de comprendre les esprits des Malgaches plus que leur capacité de travailler ? Vous ne comprenez pas que vos mots n’appartiennent pas à nos esprits » !

- Un tel projet, rendra ces populations plus dignes et plus motivées dans leur propre lutte contre la pauvreté au lieu d‘être des “aidés” et des “assistés”.
- C’est dans la mesure où la communauté me respectera et où je me sentirai immergé en elle que je trouverai ma dignité
- la dignité ne peut exister sans solidarité
- la dignité est d’abord le respect de soi-même mais suppose en même temps le respect de l’autre et partage des principes ;

- La dignité que trouve l’être humain à travers sa propre action pour ses propres besoins - en partenariat ou en échange avec des personnes qui trouvent un intérêt humain dans cette relation - semble mieux respectée.

- L’eau, l’air et la terre sont des composantes primordiales pour l’être humain et nous ne pouvons plus nous comporter comme si cette nature était une marchandise.

- Parmi les exemples d’erreurs récentes commises dans le domaine de l’agriculture, on peut citer les semences « miracles » que les agriculteurs doivent acheter tous les ans parce que les semences ne germent pas. Ils dépendent ainsi entièrement de la société qui les vend, en l’occurrence une multinationale. L’usage excessif de pesticides leur cause des problèmes de santé, si ce n’est pas la vente, par l’homme, d’un rein pour rembourser les dettes qu’ils ne pourrait pas payer, sinon, parce que la récolte a été mauvaise. Les femmes, dans ce cas, doivent assumer tout en s’occupant des enfants et des personnes âgées.

- L’environnemental - l’objectif de développement durable doit contribuer à améliorer et valoriser l’environnement, ainsi que préserver les ressources pour le long terme. Cinq différents concepts coexistent dont le consensus semble être :

- éviter la dégradation de l’environnement. A cela s’ajoute aujourd’hui une conscience de plus en plus forte : celle de la biodiversité, considérée comme notre principale source de développement futur.

- Le social - le développement doit partir des besoins humains en répondant à une équité sociale. Celle-ci se divise en thèmes transversaux qui se recouvrent : équité Nord/Sud, équité de genre, équité ethnique et lutte contre la pauvreté.

« -retrouver leur passé et, par conséquent, leur identité

- ne plus prendre le discours du riche comme vérité définitive, décentrer (à leur profit)

- un juste milieu qui avait jusqu’alors étayé l’ordre établi,

- remettre en question le principe de son infériorité et réinventer un autre langage

- se désaliéner, enfin.  »

Le Président de l’association Réunion plus Expédit ELFORDY


Identifiants personnels

Lien hypertexte :

Si vous avez un site Web, vous pouvez l'indiquer ci-dessous

Un message, un commentaire ?

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 17446

Site réalisé avec SPIP 1.9.2b + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSREUNION PLUS   ?

Creative Commons License